Choses à savoir avant de déménager au Chili

Vous êtes sur le point de déménager au Chili ? Etes-vous certains d’avoir toutes les informations utiles à votre bonne installation et intégration ? Nous vous donnons ci-dessous toutes les informations à connaître avant votre départ et les choses à ne pas oublier de mettre dans votre valise !

Visa

Un visa est exigé pour un séjour de plus de 3 mois au Chili. Si vous déménagez au Chili, vous devez faire une demande de visa de résident auprès de l’ambassade ou du consulat du Chili dans votre pays d’origine. Il est encore possible d’entrer au Chili en tant que touriste, puis faire une demande de visa temporaire si vous obtenez un contrat de travail. Ce n’est pas conseillé, car le process total prend beaucoup plus de temps (8 mois, contre 1 mois depuis l’étranger). Et il vous faudra patienter 2 à 3 mois avant d’obtenir un permis de travail vous permettant de travailler pendant que votre visa est en cours.

Une fois arrivé au Chili, il vous faudra finaliser les démarches (police et registre civil) afin d’obtenir le fameux RUT (carnet d’identité), dont le numéro est indispensable pour la vie quotidienne. Pour plus d’informations sur les visas, vous pouvez consulter notre article dédié à l’obtention d’un visa.

Argent

La monnaie locale est le peso chilien. 1€ = 780 CLP au 05/06/2019.

Les banques ne sont en général ouvertes que du lundi au vendredi, de 9h à 14h. Mais certaines banques possèdent des guichets extérieurs qui vous permettent de retirer de l’argent n’importe quand.

Au Chili, la majorité des banques ne vous ouvriront un compte courant que si vous avez un salaire suffisant et une carte d’identité chilienne. Il peut donc être difficile d’en obtenir un rapidement. Le plus simple est de demander à votre entreprise de vous aider à en ouvrir un, via leur banque.

Si cette option n’est pas possible, vous avez la possibilité d’ouvrir un « Cuenta RUT » chez Banco Estado. C’est un compte spécial de la banque nationale, que vous pouvez ouvrir rapidement dès que vous obtenez votre carte d’identité. Il est ouvert à tous, sans condition de ressources. Vous n’aurez pas de carte de crédit internationale, mais vous disposerez d’une carte de retrait et de paiement qui fonctionne partout au Chili.

Pour plus d’informations sur ces sujets, vous pouvez consulter la rubrique Banque de notre guide.

Coût de la vie au Chili

S’expatrier et vivre au Chili représente un coût bien supérieur que dans les pays voisins, tels que le Pérou ou la Bolivie. Pour plus d’informations sur le coût de la vie au Chili, vous pouvez consulter notre article dédié.

La langue

Pour ceux qui ont étudié l’espagnol, vous n’aurez pas forcément l’impression d’être dans un pays hispanophone en arrivant au Chili. En effet, le chilien est la langue d’Amérique latine qui diffère le plus de l’espagnol. Il faut alors un temps d’adaptation. Par exemple, les Chiliens ne prononcent pas la plupart des « s » à la fin des mots : « estas » devient « esta ». Attention également à certains termes espagnols, comme cola, coger ou pico, qui ont des connotations sexuelles au Chili.

Ainsi, pour dire :

  • l’heure de pointe, utilisez « hora punta » au Chili, et non « hora pico »,
  • faire la queue, préférez « hacer la fila » plutôt que « hacer la cola».

Cela vous évitera quelques sourires amusés…

Conduire au Chili

Vous pouvez louer une voiture au Chili avec votre permis national, bien que nous vous recommandions d’avoir un permis international. Si vous comptez vous installez au Chili pour une longue période, vous devrez repasser le permis chilien, à moins d’avoir un permis espagnol ou coréen (les 2 seuls pays avec un accord sur le permis de conduire), ou de travailler dans une ambassade.

Climat

Tout d’abord, rappelons que le Chili se situe dans l’hémisphère sud, si bien que les saisons sont inversées par rapport à l’Europe.

Au Chili, vous trouverez une grande diversité de climats, due à la géographie particulière du pays, mince bande de terre de plus de 4000km de long. Plus vous remontez vers le nord, plus les températures augmentent peu à peu. Les précipitations, quant à elles, deviennent de plus en plus rares au nord du pays. Ainsi, un climat polaire océanique froid et humide s’est installé dans le sud du pays, tandis que le nord connaît plutôt un climat désertique sec. La zone centrale, autour de Santiago, bénéficie, elle, d’un climat méditerranéen.

Etant donné la situation géographique du Chili, le pays est sujet à de nombreux risques naturels : séismes, tsunamis, inondations, incendies, éruptions volcaniques, risques liés à la rupture des glaciers, etc. Cependant, la population est très bien préparée à ce risque, si bien qu’il y a très peu de dégâts humains et matériels en cas d’aléas.

Culture / religion

La culture est assez occidentalisée, si bien que le choc culturel n’est pas violent.

La majorité des Chiliens est catholique, environ 70%. Les protestants représentent quelque 10 à 15 % de la population, environ 10% de la population est sans religion, 3% est juive et 1% est musulmane.

Aide domestique

Il est commun d’avoir une femme de ménage au Chili, qui habite chez vous ou qui vient à la journée (un ou plusieurs jours par semaine suivant la taille de votre logement et de votre famille). Attention cependant, tout personnel doit être déclaré. Ne pas le faire vous expose à un redressement pour absence de cotisation sociale, si la personne se plaint à la direction du travail.

Santé au Chili

Les frais médicaux sont globalement très élevés au Chili.

En ce qui concerne la sécurité sociale au Chili, vous avez deux options :

  • La sécurité sociale (FONASA), qui vous permet de vous soigner dans les hôpitaux publics, et dans quelques rares hôpitaux privés, pour certains types d’opération et sous certaines conditions. Cette solution est la plus économique si vous avez un salaire faible, mais la qualité des infrastructures est moindre que dans les pays occidentaux. Si votre salaire est plus élevé, et que vous êtes célibataire, ou en couple sans enfant, l’ISAPRE (voir ci-dessous) sera plus intéressante au niveau couverture.
  • Une mutuelle (ISAPRE) qui remplace la sécurité sociale et permet de vous faire soigner dans des cliniques privées. La plupart des expatriés optent pour cette solution. Chaque ISAPRE a des accords avec un ou plusieurs centres hospitaliers partenaires, si bien que vous ne serez remboursés que si vous allez vous soigner chez ces partenaires. Veillez donc à bien choisir votre ISAPRE.

Choses à emporter dans votre valise

  • Les papiers importants : dossier de votre banque, livret de famille, permis de conduire national et international, pièces d’identité, carte de mutuelle, carnet de santé de la famille, carnet de vaccination, photos d’identité, acte de mariage le cas échéant, vos 3 dernières déclarations de revenus, vos avis d’imposition. Nous vous conseillons de ne pas vous déplacer avec les documents originaux, mais avec des photocopies, que vous aurez faites apostiller, afin qu’elles soient reconnues au Chili si besoin.
  • Une trousse à pharmacie. Il est recommandé de se faire vacciner contre les hépatites A et B avant de se rendre au Chili.

Un peu de culture générale pour éviter les gaffes en société

  • La dictature de Pinochet : le général Pinochet gouverna le Chili de 1973 à 1990. Cette période est connue pour ses multiples atteintes aux droits de l’homme (plus de 3000 morts et disparus, torture et exil). Ce sujet reste très tabou au Chili, et il vaut mieux éviter d’en parler ou de prendre position si on vous demande votre avis. De nombreuses disparitions restent encore inexpliquées. Ainsi, il n’est pas rare de voir des graffitis ou des affiches sur les murs de la ville demandant des explications ou rappelant le devoir de mémoire. Mais tous les Chiliens ne considèrent pas la dictature de Pinochet comme une mauvaise période. Nous vous conseillons de botter en touche en répondant ne pas connaître suffisamment l’histoire du pays pour avoir un avis.
  • L’obésité : l’obésité est un réel fléau au Chili, si bien que le gouvernement a mis en place un système d’étiquetage pour informer les consommateurs sur les aliments trop gras, sucrés ou salés. Il n’est donc pas rare de voir l’étiquette « Alto en calorías » (riche en calories) sur de nombreux produits. De plus, les marques de nourriture riche en calories destinée aux enfants ne sont plus autorisées à faire de la publicité ou à mettre des dessins pouvant attirer les enfants sur les paquets de leurs produits.
  • L’éducation : des manifestations étudiantes ont régulièrement lieu au Chili. Ce mouvement est dû au coût excessivement élevé de l’éducation et à la mauvaise qualité de l’enseignement. En effet, les universités chiliennes, majoritairement privées, sont bien souvent de réelles machines à sous.
  • La retraite : le Chili a un système de retraite privé, appelé AFP, qui se révèle être très inégalitaire, si bien que de nombreuses personnes âgées se retrouvent à la rue sans un sou.