Se déplacer au Chili

Malgré ses 4300km de long, il est relativement facile de se déplacer à l’intérieur du Chili.

Bus

Le réseau de bus longue distance est dense et dessert tout le pays, si bien que c’est le moyen le plus utilisé pour se déplacer. Les compagnies de bus sont très nombreuses donc la concurrence est rude, ce qui rend ce moyen de transport très abordable. Les bus sont fiables et offrent un bon rapport qualité/prix. Sur les longs trajets, les bus comportent des toilettes, un accès wifi ainsi que divers autres services. Les principales compagnies sont :

A Santiago, les bus partent la plupart du temps de ces terminaux :

  • Terminal Alameda (métro Universidad de Santiago) : Pullman Bus et Tur Bus sont les deux principales compagnies au départ du terminal Alameda, desservant tout le pays.
  • Terminal Los Héroes (métro Los Héroes ou La Moneda) : terminal relativement petit, qui a l’avantage de ne pas être trop encombré en été.
  • Terminal Pajaritos (métro Pajaritos) : terminal plus petit que les deux précédents, c’est surtout un point de passage pour la plupart des bus faisant le trajet entre Santiago et Valparaiso / Viña del Mar et les bus allant à l’aéroport (toutes les 10-20 minutes). Nous vous recommandons cependant, si vous rentrez à Santiago un dimanche soir tard (à plus forte raison lors d’un weekend prolongé) de descendre à ce terminal pour prendre le métro ligne 1. En effet, le trajet en métro sera plus rapide que les derniers kilomètres pour accéder au terminal Alameda, dont les accès sont saturés le dimanche soir.
  • Terminal Sur (métro Universidad de Santiago) : le terminal Sur, aussi connu comme le terminal Estacion Central, se situe à côté du terminal Alameda. La majeure partie des bus au départ du terminal Sur desservent la zone centrale et le sud du Chili, ainsi que des destinations internationales.
  • Terminal San Borja (métro Estacion Central) : les bus au départ du terminal San Borja desservent principalement la partie nord du pays.

Terminal Sur

Vous pouvez acheter votre billet sur internet ou au guichet de la compagnie dans les gares routières. Le prix des billets varie significativement entre la haute saison (novembre-février) et la basse saison, ainsi que selon l’heure de départ. Vous pouvez comparer les prix et acheter vos billets sur Voyhoy, Recorrido ou Pasajes Bus.

Il existe quatre types de bus pour les longs trajets :

  • Clasico : le moins cher, conseillé pour les distances les plus courtes.
  • Semicama : siège inclinable, air conditionné et toilettes.
  • Cama : plus spacieux, sièges plus confortables, air conditionné et toilettes.
  • Supercama (ou première classe) : siège qui se transforme en couchette, air conditionné, toilettes et wifi.

Si vous voyagez sur de longues distances, il vaut mieux opter pour un bus « con servicio », qui inclut boissons et repas.

Sur le bord de la route, vous pouvez toujours faire signe aux bus clasico en indiquant avec les doigts le nombre de places désirées.

Avion

Etant donné les longues distances entre les villes, l’avion est le moyen le plus rapide pour traverser le pays ou se rendre sur les îles. Trois compagnies assurent l’essentiel des vols intérieurs :

  • Latam Chile, la compagnie historique Chilienne (LAN), fusionnée avec la compagnie brésilienne TAM depuis 2015.
  • Sky Airline, la première compagnie low-cost, crée en 2001.
  • Jet Smart, créé en 2017 avec une flotte neuve d’avions Airbus et une forte croissance prévue dans les prochaines années. Elle a pour ambition de concurrencer le bus sur certaines destinations, et propose des tarifs très bas.

La région de la Patagonie et l’Antarctique étant des mondes à part, peu de lignes commerciales les desservent. La compagnie aérienne DAP Airline s’est donc spécialisée sur ce secteur.

L’avion est souvent un peu plus cher que le bus. Vous pouvez toujours réserver un aller-retour, parfois moins cher, et n’utiliser que l’aller. Vous pouvez acheter vos billets lors des Cyber Days (trois jours en mai), ou du Black Friday (en novembre), périodes durant lesquelles les prix des billets sont considérablement réduits.

Voiture

La voiture est pratique pour atteindre des régions reculées non desservies par les transports en commun ou pour faire des trajets courts. En revanche, il vaut mieux prendre le bus si vous voulez traverser le pays, et louer une voiture à votre arrivée si besoin. Afin d’éviter tout problème avec les autorités, ayez toujours votre permis de conduire sur vous. Selon votre statut au Chili, un permis étranger peut être suffisant, mais si vous résidez pour quelques années, il vous faudra passer le permis chilien (voir notre article dédié à ce sujet).

Pour voyager au Chili, nous vous conseillons d’opter pour un véhicule rehaussé voire un 4×4, car certaines routes (notamment en montagne) peuvent être en mauvais état.

Pour en savoir plus sur la location de voiture, vous pouvez consulter notre article à ce sujet.

A savoir :

  • Sur l’autoroute et en dehors des villes, vous devez toujours conduire avec les feux allumés.
  • La priorité à droite ne s’applique pas en ville.
  • Le Chili applique la tolérance zéro concernant l’alcool au volant.
  • Au Chili, on double à droite comme à gauche.

Auto-stop

Le Chili est le pays d’Amérique latine le plus sûr pour faire du stop et la pratique est courante. Cependant, le voyage en stop ne fonctionne pas à tous les coups, et dans les régions reculées, l’attente peut être assez longue, surtout si vous êtes un groupe important.

Train

Le train est rare au Chili. Une grande ligne circule encore de Santiago à Chillan. Mais le réseau ferré est vieux et mal entretenu. De manière générale, les trajets en train sont plus lents, plus chers et moins fiables que le bus.

Bateau

Ce mode de transport concerne surtout le sud du pays : voyager en ferry permet d’accéder à des régions normalement inaccessibles, telles que les fjords ou les îles de la Patagonie et de la Terre de Feu. Des bateaux relient également l’île de Chiloé et le continent. Les tarifs et la fréquence des bateaux varient en fonction de la saison.